Un vélo un point c’est tout

Dernière mise à jour : 21 juin 2020

Pour deux jours, deux mois, deux ans, le voyage à vélo dans toutes ses variantes se développe effrènement. On y part en solo, avec des amis, en famille, l’aventure est là, sur le pas de votre porte, accessible.


A vrai dire le vélo à tout pour lui. Mode de déplacement idéal par son rythme, ni trop lent ni trop rapide, et par la liberté qu’il offre, on devient soudain maitre de son temps, de son itinéraire, libre de s’évader là ou bon nous semble. Cette liberté qui se profile mènera sans aucun doute certains à repenser l’essentiel, on ne voyage pas à vélo comme en voiture. L’heure des choix est venue. Eau, nourriture, trousse de première urgence, vêtements chauds, légers, de quoi dormir, cuisiner, filmer, photographier… Vos sacoches ne sont pas extensibles, heureusement, car vous allez subir le poids de vos décisions pendant tout le voyage ! Le vélo est un mode de déplacement humble face aux éléments, avec lequel la chaleur, le froid, le vent, la pluie, le relief reprennent tout leur sens.

Votre itinéraire, vos options logistiques, guideront également votre choix. On ne part pas avec le même équipement quand on souhaite rouler 150km par jour ou 30, quand on fait des liaisons entre des hôtels ou quand on se retrouve à plus de 200 kilomètres de toutes habitations, quand on traverse la Sibérie en plein hiver ou l’Australie… De même partir avec des enfants imposera une logistique et un rythme différent…

J’ai, pour ma part, voyagé à vélo dans nombreuses configurations. Seul, avec mes enfants ou encore avec des amis. Je suis parti pour quelques jours ou pour quelques semaines, à travers la Normandie, à travers la France, à travers l’Europe et au-delà. Parfois chargé à l’extrême, emportant jusqu’à 85 kg de matériel, à d’autres moment juste avec de quoi dormir, boire et ne pas sentir trop mauvais.


Mais avec quel vélo ?

Avec le même engouement que le public pour la pratique du vélo, les fabricants de vélo et autres équipements associés se sont engouffrés dans la brèche de la grande consommation ouverte par d’autres secteur avant eux. Le passage des tailles de roues VTT de 26 pouces à 29, puis à 27,5 en est un exemple criant. Les ventes de VTT ne se renouvelant plus au rythme dicté par la croissance économique, il fallait bien trouver quelques choses. Bref, tant que parle l’économie…

Le vélo de voyage n’échappe désormais plus à cette ruée vers l’or. Il vous faut désormais choisir entre les modèles Touring* familiale, Touring « bout du monde » ou encore bikepacking** version dite minimaliste du voyage à vélo le plus souvent associée au vélo Gravel***. C’est clair, si vous n’avez pas suivi l’actu vélo ces dernières années, je vous ai perdu, du coup n’hésitez pas à aller voir les petites étoiles un peu plus bas. Il est amusant de voir comme la liberté inhérente au voyage à vélo, ventée par nombreux fabricants, disparait dans les catalogues de ces mêmes fabricants. Tout à coup, tout devient matricé, formaté, on ne voyage plus par envie mais selon un style… Dans tous les cas, pas d’inquiétude, même si vous n’avez jamais entendu ces termes vous pourrez continuer à voyager à vélo.

Ne vous y trompez pas, je ne suis pas ici pour dire du mal des fabricants de vélo et Je ne nie pas les bienfaits pour l’utilisateur des efforts déployés par ceux-ci pour rendre nos montures plus légères, plus solides, plus confortables, etc… Mais attention à ne pas tomber dans le piège. Le vélo d’aventure tend dans ses valeurs et son concept à nous proposer un changement d’approche du voyage, nous offrant ainsi l’opportunité d’être à l’écoute de ce qui nous entoure, apprendre sur les autres, sur son environnement, sur soi-même. Attention alors à ne pas à nouveau nous laisser tenter par l’appel de la consommation, encore et encore.

Mais revenons à la grande interrogation : quel vélo utiliser pour voyager ?

Je partage avec vous mon expérience. Depuis presque 20 ans j’utilise une monture unique, que cela soit pour mes sorties tout chemin, tout terrain, mes voyages. J’exclus ici mon voyage hivernal en Sibérie ou j’avais troqué mon VTT 26 pouces pour un fat bike Cargo, on ne joue plus ici dans la même catégorie.

Hormis cette exception, j’utilise depuis février 2001 un VTT Lapierre Pro Race. Un peu comme pour les neuf vies des chats, l’origine de ce mythe remontant à plus de trois millénaires et à la période de l’Égypte antique, je crois pouvoir dire que ce vélo à lui aussi profité de plusieurs vies. D’abord utilisé exclusivement en mode VTT, je lui ai greffé ses premières options « voyage » en 2012. Portes bagages, sacoches, crochet d’attelage pour la remorque enfant, je me lançais avec Maël pour une grande traversée de la Normandie (nous remettions ça avec sa sœur il y a en 2018). Rien de définitif, il rebasculer en mode VTT quelques semaines plus tard. Puis les sacoches revinrent, un peu plus lourde à chaque fois, pour l’ascension du Mt Blanc depuis la Mer et d’autres aventures de vélo-alpinisme. Mais ce n’était pas fini, l’année passée je tentais, toujours avec ce même vélo, l’approche bikepacking…

Tout cela pour vous dire que pour moi, le voyage à vélo, le départ pour l’aventure, ne dépend pas uniquement du vélo lui-même. Je vois tant de critiques négatives sur certains forums ou autres groupes de voyages à vélo sur Facebook, moquant certaines tentatives, décourageant d’autres parce que le vélo est trop chargé, par ce que le modèle n’est pas fait pour cela (les fameuses matrices…), parce ce que ceci et cela… Ce voyage dépend de vous, de vos envies, de vos convictions et pas celles des autres. Et dans tout cela le vélo n’est qu’un moyen.

Voyager avec un vélo neuf au style impeccable tout droit sorti d’un catalogue ne fera pas de vous un meilleur voyageur, ni même ne vous garantira de vivre un plus beau voyage qu’avec qu’un vélo plus ancien, plus modeste, moins à la mode.


Essayer, tenter, oser, demander conseil aussi et vivez votre voyage, votre propre aventure, pas celle des autres.


PS : Pour allez jusqu'au bout de l'histoire, après 19 ans d'utilisation j'ai fini par mettre de côté mon vieux Lapierre. Je me suis acheté cette semaine un nouveau vélo, un gravel... Nouvelles aventures à suivre.



*vélo de voyage

**Pour faire simple, le bikepacking est la version minimaliste du voyage à vélo. - En quête de légèreté et de liberté, le bikepacker est un explorateur qui s’aventure hors des sentiers battus. (Decathlon)

***Au départ il s’agissait simplement de vélos de route modifiés pour pouvoir aller sur les larges chemins non carrossables / routes non goudronnées. Avec l’augmentation des pratiquants, les fabricants se sont mis à développer des vélos adaptés à cette utilisation.

Toujours la même monture : De la gauche vers la droite, de bas en haut, dans sa configuration d'origine / Passage d'une rivière lors du raid la Transmarocaine / Voyage en famille / configuration voyage Mont Blanc, Ben Nevis (Ecosse), traversée de l'arc Alpin / Ma dernière "course" VTT en 2017 / Passage en fourche rigide / Bikepacking


Plus d'infos sur mes aventures à vélo ici : https://www.armelvrac.com/aventures


75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout